Vous êtes ici

OFB: Protocoles de recueil de données hydromorphologiques en plan d’eau (Juin 2020)

Protocoles de recueil de données hydromorphologiques en plan d’eau

Caractérisation des habitats des rives et du littoral (Charli) Caractérisation de l’altération des berges (Alber)

© OFB, Juin 2020

Les protocoles Charli (Caractérisation des habitats des rives et du littoral) et Alber (Altération des berges) proposent une méthode normalisée de caractérisation des habitats littoraux et des modifications d’origine anthropique des berges, prenant en compte leur nature, leur diversité et leur répartition spatiale.

Contexte

La structure et les dynamiques hydromorphologiques des milieux aquatiques sont des éléments essentiels, qui conditionnent les habitats disponibles pour les communautés biologiques, et sont susceptibles d’être altérées par l’action de l’homme. Ces caractéristiques hydromorphologiques représentent, par ailleurs, l’un des éléments de qualité nécessaire à la définition de l’état écologique des masses d’eau lacustres, dans le contexte de mise en oeuvre de la directive cadre sur l’eau (DCE).

Méthode

Il s’agit de cartographier de façon relativement fine (précision métrique) les éléments naturels ou anthropiques liés à l’hydromorphologie sur le pourtour d’un plan d’eau, en procédant à l’acquisition d’informations géoréférencées, issues d’observations effectuées sur le terrain, et s’appuyant sur l’utilisation d’images aériennes orthorectifiées et de référentiels hydrographiques.

Elle se décline en 3 étapes principales :

  • la préparation de supports cartographiques de saisie,
  • la prospection in situ du plan d’eau et la retranscription des observations sur les supports,
  • la saisie et la bancarisation des informations recueillies sous un format numérique géoréférencé.

Les 2 protocoles(Charli et Alber) étant entièrement compatibles et complémentaires, il est recommandé de les appliquer de façon conjointe et simultanée sur un même site, en effectuant les différentes observations de terrain en parallèle. Cela permet d’apprécier l’hydromorphologie des zones rivulaires et littorales dans sa globalité. Il est néanmoins possible, selon le temps imparti et les objectifs, d’appliquer les 2 protocoles de façon indépendante ou de n’en appliquer qu’un seul.

--> En savoir +

– Portail professionnel de l’OFB

– Télécharger le guide